• Pour Joséphine

    Résilience

    Pour Joséphine

     

    Pour Joséphine,

    dont l'immeuble a été ravagé par les flammes,

    dont l'appartement a brûlé,

    et tous ses souvenirs,

    à cause d'une malade

    mal prise en charge

    par la psychiatrie d'aujourd'hui

     

    Tu as sauvé ta VIE

    Joséphine

    Tu as sauvé ton violon

    Tu as sauvé tes souvenirs

    Dans ta tête

    Dans ton cœur

     

    Ton sac Ton violon Ta vie

    Tu as sauvé l'essentiel

    Puisque tu es en vie

     

    Et ta résilience

    Ton courage

     

    Les poèmes qui courent en toi

    Le souvenir de Samuel

    Ton fils

     

    Tu as sauvé l'essentiel

    Joséphine

     

    Dans les flammes et la fumée

    Les cris

     

    Les hurlements

    La peur

     

    Tu as sauvé ton regard

    Et ta flamme

    Ta propre flamme

     

    Ton archet personnel

    Ton violon personnel

     

    Ce qui te fait TOI

    Joséphine

     

    Tant pis hélas pour la clef USB

    L'ordinateur

    Les sauvegardes

     

    Tant pis Pas le choix Hélas

    Urgence

     

    Pompiers

    Nuit

     

    Tant pis pour les photographies

    Les documents

    Les souvenirs

     

    Tout le reste

     

    Il reste toi

    Joséphine

    Il reste ta VIE

     

    Tous les biens matériels

    Ne sont rien

    Puisque tu es là

     

    Capable d'émerveillement

    Encore capable du meilleur

    Capable de vivre encore

     

    Exposition japonaise poésie violon

    L'art

    Et toi

     

    Tes sourires tes passions

     

    Tu n'as pas tout perdu

    Joséphine

     

    Tu as même tout gagné


    Le droit de continuer

    Le droit de t'émerveiller

    De nous émerveiller

    Encore

     

    Le droit de vivre

    Et de te souvenir

     

     

    Toiles - 18

    Au clair des trois lunes

    50 X 50 cm

    2013

     

    Précision de Joséphine

    Non! Mon immeuble a brûlé mais pas mon appartement, dans l'aile de gauche sur les photos et videos.
    Et ce ne sont pas mes souvenirs bloqués, et peut-être noyés par les pompiers mes fenêtres étant ouvertes. Tous mes souvenirs sont en moi. C'est le contenu de mes dossiers pour de futures créations, et les poèmes de mon fils que je dois finir de mettre sur ordinateur pour publication que je veux récupérer.

     

    Grâce à la douce Maya, nous t'avons rencontrée, Joséphine,

    à Paris, en juin 2016,

    avec ton violon

    et j'en parlais là.

    Et ici aussi.

    « Le paravent Plaids en situation (suite) »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :