• À tous ceux qui envisagent

     

    de voter blanc

    ou de s'abstenir.

     

    Je ne supporte plus de lire

    sous des plumes acerbes

    qu'E. Macron et M. Le Pen, c'est pareil.

     

    Non, ce n'est pas identique.

    Nullement.

     

    Et votre abstention

    ou votre vote blanc me terrifient.

     

    À tous ceux qui envisagent

     

    Je voudrais ici remercier C. qui m'a envoyé un message, tout à l'heure, pour me demander pourquoi je ne me positionnais pas clairement à propos des élections.

     

    J'ai d'abord répondu que je le faisais en cliquant sur "J'aime" sur des milliers d'articles - bien pensés, bien écrits - rédigés par d'autres. Je commente aussi à ma façon les réactions de mes amis. Je ne voulais pas tout mélanger, la création, la politique. Ma vie publique, privée...

     

    Mais vous qui vous promenez sur mon blog, vous n'allez pas forcément sur Facebook. Et en réalité, tout est lié, la création, et la politique : les affaires de la cité, notre liberté, notre expression... Donc pourquoi ne pas vous donner explicitement mon point de vue ? 

    Je ne me pardonnerais pas si, lundi matin, je devais me réveiller,  notre pays soumis à un parti anti-européen, xénophobe, raciste, homophobe, violent...

    Si le nombre de voix pour le front national devait être élevé, donnant de l'élan à ce même parti pour les législatives, je ne me le pardonnerais pas davantage.

     

    L'enjeu n'est pas seulement de faire passer E. Macron à 50,01 % des voix, comme certains d'entre vous semblent le croire.

     

    J'ai posté un unique premier commentaire non-artistique,

    sur ce blog,

    dans cette rubrique "autre", déjà,

    hélas, en janvier 2015.

     

    Le même péril qu'aujourd'hui s'abattait sur la France :

    vous ne voulez tout de même pas que je vous fasse un dessin !

    (Sans vouloir plagier Charlie Hebdo.)

     

    Alors voilà pourquoi je vais aller voter Macron,

    dimanche, sans hésiter :

    parce que je ne veux pas d'attentat contre ma liberté

    de penser, d'écrire, de créer, d'aimer, de rire,

    je ne veux pas d'un pays fermé,

    je veux un pays de toutes les couleurs.

     

     

    J'aimerais que ceux qui envisagent de voter blanc,

    ou même de s'abstenir

    - ceux qui hésitent encore -

    me lisent.

     

    Le dimanche soir du premier tour, j'ai vu fleurir comme vous sur les réseaux sociaux les commentaires d'amis, à foison, décidant de ne pas aller voter Macron le 7 mai. Une seule personne en colère, boudant, pourquoi pas.

     

    Mais dix ? Mais cent ? Mille ?

     

    J'ai pensé que vous alliez réfléchir.

    J'ai vu circuler des articles très intelligents, vraiment riches, qui m'ont aidée à considérer les faits. Il m'a semblé que là aussi vous alliez réfléchir. J'ai même regardé le débat de l'entre-deux-tours. J'étais sûre, là, que vous alliez réfléchir.

     

    Hélas,

    les jours passent.

     

    Beaucoup d'entre vous

    continuent de vouloir mettre en péril la démocratie.

     

    Je comprends votre ras-le-bol (encore que, pas toujours), MAIS ce n'est pas le moment de l'exprimer ! Il fallait le faire avant.

    Vous pourrez - si M. Le Pen n'est pas élue ! - le faire après.

     

    Dimanche, c'est notre liberté, notre différence, notre humanité qui sont en jeu.

    J'ai vraiment vraiment peur.

     

    Si vous étiez un cas isolé...

    Le problème, c'est que l'expression de votre ras-le-bol

    risque de nous coûter la possibilité de pouvoir l'exprimer.

     

    Les gens du FN sont des personnes brutales, armées.

    Ils savent se battre au sens propre.

     

    Moi, je n'ai pas d'arme,

    et pas envie d'apprendre à m'en servir.

     

    Mon arme, c'est mon bulletin, dimanche.

     

    Ce sont ces mots,

    sur ce modeste blog.

     

    Je ne comprends pas que l'on puisse hésiter entre une femme

    anti-européenne,

    anti-féministe,

    xénophobe,

    homophobe,

    incapable d'argumenter avec intelligence,

    fermée,

     

    et quelqu'un qui a certes des lacunes...

     

    mais qui n'est pas contre l'Europe

    ni contre les droits humains.

     

    C'est pour moi l'essentiel.

     

    Je vois passer des critiques à l'égard d'E. Macron parce qu'il a une femme plus âgée que lui. Belles attaques ad hominem. Je vis avec quelqu'un qui a 22 ans de différence avec moi, nous nous aimons, et je ne comprendrais pas qu'on nous juge sur notre vie intime et sexuelle plutôt que sur nos idées, voire nos actes...

     

    (Et pourquoi critiquez-vous, machistes,

    cette différence-là,

    et pas celle, par exemple,

    qui existe entre M. Mélenchon et sa compagne ?

    Ou entre Mélania Trump et son si tendre époux... )

     

    On lui reproche d'avoir travaillé à la banque Rotschild :

    et vous, vous ne travaillez pas ?

    Comment gagnez-vous votre vie ?

     

    Je connais même quelqu'un employé dans une banque, oui oui, c'est son métier, qui attaque M. Macron sur ce thème, avec virulence. Il se reconnaîtra peut-être.

     

    Expliquez-moi.

     

    Vous préférez sans doute une rentière,

    qui n'a pas la nécessité de gagner sa vie,

    sauf à voler l'Europe, qu'elle récuse,

    comme M. Le Pen ?

     

    Si c'est le côté antisémite sous-tendu qui vous agite,

    alors c'est encore plus abject.

     

    Certains lui reprochent son libéralisme...

    C'est sûr que ce sont des gens qui n'ont ni téléphone portable,

    ni ordinateur,

    ni revenus capitalistiques !

     

    Que l'on ne soit pas d'accord avec son programme,

    ça, c'est de l'ordre des choses,

    c'est logique,

    c'est même très démocratique :

    l'homme politique parfait pour tous n'existe pas,

    sauf dans les régimes autoritaires

    où on est élu avec 100 % des voix.

     

    M. Macron a du moins l'avantage de présenter un programme.

     

    Comment peut-on mettre sur le même plan

    une femme proche du GUD, des gens qui font le salut hitlérien, 

     

    et un homme modéré

    qui respecte la loi ?

     

    Je ne culpabilise pas les abstentionnistes en les accusant de la crise de la démocratie actuelle, mais je pense très clairement qu'ils seront responsables de celle qui peut advenir et qui nous ferait alors prendre conscience que nous étions encore en démocratie, libres, jusqu'à ce 7 mai 2017, et que cette dernière ne dysfonctionnait pas tant que ça.

     

    Même si ce n'est pas l'idéal, je l'admets,

    mais la situation peut être pire.

     

    Regardez la Pologne, la Turquie, la Russie...

    Les USA. 

     

    Ne me dites pas

    que vous n'avez pas peur de vous Trumper !

     

    Pensez à cette bloggueuse qui vit à Huston, aux USA : elle a vu l'Amérique se mordre les doigts de ses choix, elle incite à voter, sans hésiter, Macron. Si, si : lisez-la, en cliquant ici.

    Ou là.

     

    Les exemples ne manquent pas, ni dans la situation présente,

    ni par le passé :

    Hitler a pris le pouvoir par les urnes, faut-il le rappeler ?

     

    Poutine, Erdogan : ce mouvement global qui rappelle les années d'avant-guerre ne vous fait-il pas réfléchir ?

     

    Je ne veux pas que vous puissiez croire que ce texte constitue une leçon de morale. C'est le cri du cœur de quelqu'un qui a peur, qui ne voit que les mots pour tenter de réveiller les gens.

     

    Quelques "hésitants" autour de moi,

    ont décidé d'aller voter Macron,

    et je les en remercie...

     

    Dans notre environnement,

    vraiment beaucoup en sont encore à penser

    que le blanc ne tache pas,

    que l'abstention a du sens.

     

    Je pense plutôt, comme Arthur Dreyfus que

    "j’ai de nombreux amis lepénistes.
    Il m’aura fallu attendre 2017 : je ne l’aurais jamais pensé."

     

    Car c'est devenir lepéniste que de laisser faire,

    sans réagir. Lisez son article, vous comprendrez !

     

    Désormais, on ne peut réagir

    qu'en glissant un bulletin MACRON dans l'urne.

     

    À ce garçon qui m'a écrit ce matin :

    " Je ne pense vraiment pas que le FN l'emporte...",

    j'ai envie de répondre que bien sûr, nous ne risquons rien.

     

    Si seulement je pouvais le rassurer...

    Si seulement je pouvais me rassurer !

     

    J'ai regardé le débat présidentiel, convaincue qu'après ces scènes si caricaturales, tout le monde aurait compris combien cette femme est dangereuse... Un fléau.

    Mais non.


    Sans doute ne voyons-nous pas Emmanuel Macron de la même façon. Lui ne me fait pas trembler. S'il poursuit ce qui a précédé, ou s'il change, même, en mieux, ça sera forcément moins pire que le chaos d'une révolution ou du fascisme.

     

    Moi, la révolution, j'appréhenderais qu'elle n'amène

    que du PIRE

    et non du mieux.

     

    On peut choisir la vie ou la mort.

    J'ai besoin de la vie...

     

    À tous ceux qui envisagent

     

    À S. qui m'écrit :

    "Arrêtons de dire que l'abstention est lepeniste",

    je suis obligée de lui répondre que pourtant,

    c'est vrai, c'est mathématique.

     

    J'ai toujours été nulle avec les chiffres,

    mais là, c'est une évidence ! Regardez.

     

     

    Il y a aussi O. S., engagée, qui trouve que les artistes ne sont pas assez explicites, sur ce sujet. Merci à elle, qui comme C. tout à l'heure, m'incite à vous indiquer clairement ma position.

     

    Comme l'écrit Riss dans son édito de Charlie Hebdo n°1293 (à lire, vraiment !),

    "Depuis les résultats du premier tour, les masques tombent."

     

    "Le combat contre un excès de liberté dans l'économie est-il plus vital que celui contre les ennemis des libertés individuelles ? Le simple fait d'être obligé de se poser cette question"

    me rend malade !

     

    J'ai aidé avec bonheur de jeunes migrants, de Calais, cet hiver, dans une commune dans laquelle le front national caracole en tête, pour ce premier tour de la présidentielle.

     

    Qu'en sera-t-il dans trois jours ?

     

    Ce village avait pourtant été traumatisé par une réunion publique au cours de laquelle le front national a montré l'étendue de sa violence, sa bassesse.

     

    Danger terrifiant, absolu.

     

    Pour ceux qui pensaient que ce face à face avec l'extrémisme avait ouvert les yeux aux uns et aux autres, avouez que c'est raté !

     

    Quel sera le score de M. Le Pen dimanche dans ce village ?

    Dans les autres ?

     

    Dans le mien.

     

     

    Veillez à pouvoir

    encore vous regarder dans la glace.

     

     

    Le front national

    ne passera pas par moi.

     

     

    Tout a déjà été écrit sur ce sujet.

    Même au café du commerce,  tout a été dit.

     

     

    C'est peut-être aussi pour cette raison que j'hésitais à vous écrire, sur ce blog.

     

    Mais je peux le répéter, encore et encore :

    j'irai voter, dimanche, pour Emmanuel Macron.

     

    Votre non-choix ne m'empêchera pas de faire le mien.

    Mais ma voix suffira-t-elle à contre-balancer votre silence ?

     

    Je n'attendrai pas 17 heures. 

    Chez nous, à la campagne,

    les bureaux de vote ferment à 18 heures.

     

    Je vais avoir le cœur inquiet, encore jusqu'au 18 juin.

     

    Parce que les législatives,

    c'est aussi important.

     

    À tous ceux qui envisagent

     

    Ne l'oubliez pas, la politique, ce sont les affaires de la cité.

    Nos affaires.

    À force de dire que les politiques sont tous pourris,

    tous affreux, on ne hiérarchise plus.

     

    Faites-en,

    même après les élections...

     

    Oui, engagez-vous.

     

    J'admire les membres de notre petite municipalité, notre maire : engagement au quotidien, que je n'ai pas le courage, l'envie, la force de mener. Mais s'ils ne le faisaient pas, qui le ferait ? Eh bien, engagez-vous, remplacez ces femmes et ces hommes politiques qui ne vous conviennent pas... Redonnez de l'élan, de l'espoir, mais en attendant, permettez à la démocratie qu'elle continue d'exister. Ne laissez pas le pire remplacer une situation qui n'est pas si épouvantable que ce que vous voudriez nous faire croire.

     

    Post scriptum...

    Je viens d'envoyer ce texte, en ligne.

    Que vous partagez, likez...

     

    MERCI À VOUS.

     

    Surtout, arrive par message privé ce petit mot,

    qui me fait du bien, vous n'imaginez pas combien ! 

     

    C'est la suite d'une conversation qui a démarré dès le soir du premier tour, s'est poursuivie... jusqu'à l'instant :

     

    Anne, je ne sais pas si tu y es pour quelque chose (en fait si je pense que tu y es pour beaucoup !), mais sache que je ne voterai pas blanc dimanche... je ne le ferai pas de gaieté de cœur loin de là mais nous ne pouvons définitivement pas prendre le risque de voir MLP à la tête de notre pays. 

    Merci pour nos échanges ! portez-vous bien ! bon vote dimanche. à très bientôt ! bises

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    « Toiles - 14 Sculptures - 7 - »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 6 Mai à 21:45

    Merci ma chère Colombe, je serai (je l'espère) un peu plus tranquille... demain soir et au soir du 18 juin !

    1
    colombe gold
    Samedi 6 Mai à 21:18
    Bravo Anne !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :